«

»

Desiro, les rames destinées au RER

Rame Desiro initialement destinée au RER Bruxellois

Le contrat du siècle porte sur la livraison de 305 rames. Il a été obtenu par Siemens,
pour un montant de 1,42 milliard €. Chaque rame, nommée Desiro, est constituée de 3 voitures, entre lesquelles on se déplace sans discontinuer, et peut véhiculer 280 personnes. Au total, cela fait 85 400 places assises, pour un prix moyen de 17 000 € par place. A noter qu’il n’est pas possible de se mouvoir entre les rames. Parmi les autres caractéristiques, citons :

  •  des accélérations nettement supérieures à celles des autres trains, et dignes de celles du métro (avec une vitesse maximum de 160 km/h),
  •  une distance au-dessus du niveau du rail compatible avec des quais de 75 cm de hauteur,
  •  6 larges portes par côté,
  •  une distance minimale entre sièges, sans tablettes, sauf quelques rares cas,
  • un seul WC,
  •  à l’intérieur, l’annonce verbale de l’arrêt suivant et des affichages dynamiques visibles depuis toutes les places, qui indiquent, au fur et à mesure de l’avancement, le nom du prochain arrêt et des 3 ou 4 suivants,
  •  à l’extérieur, à l’avant comme à l’arrière et sur les côtés, la destination finale.

On trouve déjà des Desiro en service sur des lignes secondaires autour de Bruxelles, Anvers, Arlon. A propos, cette commande était destinée à l’exploitation du RER bruxellois. Dès lors, pourquoi a-t-elle été placée si tôt ? Serait-ce afin d’acquérir – sur le budget RER – du matériel roulant nécessaire à l’exploitation du réseau national ?

Et que restera-t-il pour le vrai RER en 2025 ?

A l’usage, on peut affirmer que c’est génial, même si cela fait un peu aviation low
cost, de par la faible distance entre sièges. Cependant, tout n’est pas rose. Il y a encore de trop nombreux dysfonctionnements. Les informations à ce sujet sont loin d’être précises. Les principales défectuosités concerneraient :

  •  les pantographes,
  •  les portes,
  •  l’alimentation électrique,
  •  l’ouverture des portes et les marchepieds,
  •  l’attelage des rames,
  •  la suspension,
  •  la sensibilité aux conditions hivernales.

(1 commentaire)

  1. kesteloot

    ce qu’il restera du rer? au mieux on aura un canard boiteux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>