«

»

La saga du 62, le « tram qu’on n’attendait pas »

Petit rappel, dans le feuilleton du tram 62 :

  • en 2009, la STIB pose des voies sur le boulevard Léopold III : il est question de désenclaver son nouveau dépôt de Haren, jusque là relié au réseau par le seule chaussée d’Helmet, mais il n’est nullement question d’y faire rouler une ligne régulière en service commercial.
  • en 2011, la STIB décide d’inaugurer une micro-ligne de tram, le 62, devant servir à exploiter ces belles nouvelles voies en site propre situées au centre du boulevard Léopold III : on voit ainsi apparaître une nouvelle ligne de tram, exploitée en T2000 (le plus petits trams à plancher bas), reliant le carrefour Léopold III/av. Jules Bordet (joliment appelé « Da Vinci ») à la place Meiser… et comme il n’y a pas assez de place à cet endroit pour y aménager un terminus, un coupon de voie est aménagé sur un coin de la place Meiser pour permettre au 62 de virer dans l’avenue Rogier et d’aller faire son terminus, trois arrêts plus loin, sur la boucle de la Place des Bienfaiteurs.

Le problème est que ce passage en courbe sur la place Meiser ne fait pas grincer que les rails, mais également les dents des riverains, qui en appellent, en 2013, à leur bourgmestre fraîchement réélu, M. Clerfayt, pour se plaindre amèrement du bruit et des vibrations engendrés par les T2000 du 62 sur la place Meiser.

La solution proposée par la STIB fut d’affecter, tôt le matin et en soirée, des tout nouveaux T3000, plus silencieux, sur le 62. Mais le reste de la journée, c’est toujours grincements et vibrations, à tel point que le bourgmestre décide, à l’été 2013, par arrêté, d’interdire tout tram 2000 sur le territoire de sa commune (hormis, faut-il le préciser, ceux qui ne roulent pas sur la ligne incriminée).

Après moult négociations menées tambour battant pas la STIB, il est finalement décidé :

  • que le bourgmestre retirera son arrêté en septembre 2013( (ainsi fait) ;
  • que la STIB recommencera les travaux place Meiser (en automne prochain), afin de placer lesdits rails incriminés sur une « dalle flottante » censée faire diminuer tout bruit ;
  • et en prime, que la ligne 62 sera (enfin!) prolongée, en renforcement du 25, puis du 93, jusqu’au cimetière de Jette. Ce prolongement aura lieu, d’après nos informations, au début de mois de mars 2014.

Le GUTIB se réjouit, bien entendu, de cette bonne nouvelle, à la fois pour les riverains de la place Meiser et bien sûr pour les usagers du tram 62, qui non seulement sera prolongé vers Jette, mais également, de l’autre côté de la ligne, de Da Vinci à Eurocontrol en passant par l’OTAN.

Mais le GUTIB reste critique vis-à-vis des atermoiements de la STIB :

  • Pourquoi n’avoir pas immédiatement renoncé aux T2000, que tout le monde sait fort bruyants, en faveur des classiques PCC (anciens trams à portes étroites), dont il reste encore pléthore d’exemplaires dans les dépôts, afin d’exploiter cette mini-ligne ?
  •  Et s’il était si important pour la STIB, pour des raisons (évidentes?) de marketing, d’y faire rouler des trams à plancher bas, pourquoi n’avoir pas pris l’initiative plus tôt de dévier cette ligne vers le tunnel de moyenne ceinture (Diamant – Boileau), par exemple jusque Buyl, ou encore jusqu’à Louise : les trams 7 et 25 ont bien besoin d’un renfort sur cet axe toujours très chargé.

Car on ne voit pas très bien en quoi on réalise une économie, à recommencer des travaux fort coûteux (le placement d’une dalle flottante est très onéreux) sur une place Meiser qui sera quand même un jour prochain refaite de fond en comble, et à prolonger cette ligne 62 si loin (en réponse aux attentes des riverains?) alors qu’il avait été jugé « absolument impensable », il y a deux ans seulement, de prolonger ce mini-62, fût-ce jusqu’à la place Liedts, où un terminus pouvait aisément être organisé.

(1 commentaire)

  1. Hauwaert

    Bonjour,
    je crains que les habitants de la rue Jules Lahaye à Jette se réjouissent moins que vous de la prolongation dès mars 2014 des T2000 de la ligne 62, à défaut d’autre terminus établi en fonction des besoins et d’une étude sérieuse. Depuis des années, ils luttent contre bruits , nuisances, vibrations, tremblements, fissures provoqués par ces trams. Ils continuent leur lutte au sein du Collectif Jules Lahaye récemment constitué, alors que la STIB se moque d’eux effrontément !
    Un usager de la STIB de longue date.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>