«

»

PMR : le Rapport Annuel de la STIB, une réalité enjolivée?

image_largeLe Rapport Annuel 2012-2013 a été publié par la STIB. Celle-ci n’a pas oublié de parler de l’accessibilité du réseau pour les Personnes à Mobilité Réduite (PMR*). Les chiffres très positifs de ce rapport vantent une accessibilité honorable pour les PMR des métros (100%), des bus (68,30%) et des trams (44,57%). Le constat sur le terrain ne correspond pas du tout…

METRO

Les rames de métro sont praticables en chaise roulante de l’intérieur, mais pour y grimper, c’est une autre histoire : de grands écarts verticaux et horizontaux sont très souvent présents entre la rame et le quai, rendant la montée ou la descente aventureuse, voire dangereuse.

Tout ceci pour autant que l’on puisse arriver jusqu’aux quais. Si aujourd’hui un peu plus de 30 stations sur 69 sont équipées d’un ascenseur, il y a encore le problème de leur disponibilité en cas de panne ou d’entretien. Si le seul ascenseur entre un quai et la surface est inutilisable, une personne valide aura encore le choix entre les escaliers ou les escalators, par contre les PMR peuvent se retrouver coincées sur place. De plus, certaines stations sont équipées d’un ascenseur entre le quai et la mezzanine, mais pas de la mezzanine vers la surface! (Roodebeek par exemple)

La totalité des stations devait être équipée d’ascenseur d’ici 2018, mais cela a déjà été retardé jusqu’à 2020. Et pour finir, il ne faut pas oublier qu’il est interdit de se trouver à plus d’une chaise roulante par métro (pas par wagon mais par rame!).

Alors, les métros, 100% accessibles ?

 

BUS

IMG_2984Les bus de la STIB sont en majorité à plancher bas et équipés d’une rampe d’accès pour chaise roulante. C’est peut être pour ça que l’on parle de 68,3% de bus accessibles. Seulement sur le terrain, une trop grande partie de ces rampes d’accès ne fonctionnent pas. Elles ne sont pas suffisamment vérifiées au départ des dépôts de bus et trop rarement réparées en cas de panne. Un budget sera débloqué pour leur entretien en 2015, parait-il… En attendant, ces bus ne sont donc pas accessibles et, malgré tout, entrent dans les statistiques de la STIB. Heureusement, certains chauffeurs proposent leur aide pour faire monter une personne en chaise roulante dans leur bus. Mais cela ne peut être une solution à long terme, c’est risqué pour le chauffeur et pour la personne en chaise, surtout si on sait qu’une chaise roulante électrique peut vite dépasser les 100 kg.

Entre temps la STIB a mis sur le pare-brise de plusieurs bus un autocollant « chaisard », mais à part ajouter de la confusion pour les utilisateurs en chaise roulante, ça ne rend pas les rampes d’accès plus opérationnelles!

Projet intéressant : le 3 décembre 2012, la STIB avait promis de proposer 7 nouvelles lignes Accessibus avant fin de l’année 2013. Aujourd’hui, il n’y a toujours que 5 lignes (12, 21, 48, 71 et 84) qui ne fonctionnent pas correctement. Elles devraient être desservies par des bus avec rampe d’accès opérationnelle mais ce n’est malheureusement pas toujours le cas (bus sans rampe, ou rampe en panne).

 

TRAM

tram 62 inaccessibleEn ce qui concerne les trams, on sait que la STIB possède depuis quelques années des trams (les T3000 et T4000) équipés de deux rampes rétractables (une de chaque côté, au niveau de la deuxième porte à droite dans le sens de la marche) pour chaise roulante, avec boutons d’appel « chaisard ». Ces rampes et boutons sont cependant inactivés depuis leur présence sur le réseau!

Les arrêts présentant un écart vertical et horizontal ne permettent pas à une personne en chaise roulante de monter ou descendre de manière autonome. Et même aidé de plusieurs personnes, certaines lacunes sont infranchissables tellement le dénivelé est élevé. Des nouveaux arrêts (Eurocontrol sur la nouvelle ligne 62, par exemple) sont fraîchement construits avec des écarts.

Un autre problème existe, en supposant que les rampes d’accès soient un jour activées : la rampe du côté gauche n’est pas en face de la rampe du côté droit. Donc, lorsqu’une personne en chaise monte à un arrêt desservi du côté droit et qu’elle doit descendre à un arrêt du côté gauche, elle doit traverser le tram de l’avant vers l’arrière, ce qui n’est pas possible vu le couloir trop étroit!

S’il est appréciable que la STIB fasse des efforts en matière d’accessibilité pour les PMR, la route est encore longue et son rapport annuel paraît bien optimiste!

*rappel : une personne peut être à mobilité réduite à cause de son handicap (moteur ou sensoriel), de son âge ou toute autre situation provisoire (femme enceinte, papa avec landau, pied dans le plâtre etc..) les problèmes d’(in)accessibilité de la STIB concernent donc tout le monde!

 

Article et photos fournis par l’asbl Passe Le Message à ton voisin

http://www.passelemessage.be/portal/

 

 

(2 commentaires)

1 ping

  1. Martine

    Bonjour
    Merci pour votre article.
    J’utilise la stib « normale » pour mes déplacements en ville. Je me déplace avec un scooter PMR.
    Je voudrais apporter des précisions.
    Le métro:
    La stib le trouve 100% accessible car si on réserve au moins 24 heures à l’avance pour l’aller et le retour le service d’assistance, on peut prendre le métro sans souci.
    MAIS, qui peut aller en ville décemment s’amuser, faire du shopping, aller voir un spectacle en sachant avec exactitude l’heure de son métro du retour ? Moi pas en tous cas.
    Sans le service assistance le métro est inaccessible. Certaines rames sont pourvues de rampes, mais celles-ci sont désactivées.

    Les trams:
    Sont pour moi 100% inaccessibles car ils refusent les fauteuils roulants « grand gabarit » comme mon scooter. En effet, ils exigent que le fauteuil aient un rayon de braquage de moins de 1m50 !

    Les bus:
    Mes chéris, mes favoris.
    En plus des lignes que vous citez, je prends parfois le 34, le 54 et le 95. Venant d’Auderghem, je prends souvent les 34,71 et 95. Je préfère le 34 et le 95 car ils sont moins encombrés que le 71. Par contre, les chauffeurs ne connaissent pas tous le mode d’emploi.Leur signaler « la porte puis le bouton » est souvent utile.
    En cas de mal-fonction de la rampe, je me déplace avec une rampe pliable vendue chez les bandagistes où on se fournit en fauteuil. Cette dernière m’a déjà souvent dépannée quand par exemple, la rampe ne veut plus descendre à l’arrêt de destination. Les chauffeurs n’ont jamais fait de difficulté à l’employer.

    Merci pour tout ce que vous faites pour nous.

  2. rahier

    Ravie qu’il existe un Groupement des Usagers des Transports Publics a Bruxelles et que soient publies de tels articles.

  1. Accessibilité du réseau pour les PMR : évolution de la situation » GUTIB

    […] y a dix mois, nous publiions un article qui déplorait que la réalité quotidienne des personnes à mobilité réduite sur le réseau STIB […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>